Sa mort

                                                                                     

 

 

 

Pocket nous à quitté le samedi 29 mai 2004 entre 21h30 et 22h00, il y a un peu plus de sept ans, tu auras été victime de la malchance et de la cruauté des gens, perdre un animal c’est triste, mais un chat en pleine forme et jeune c’est dur, toi si belle, si douce, si mignonne, si spéciale, tu m’auras donné tant de bonheur pendant 2 ans.
Le jour ou cela est arrivé, Pocket n’était pas rentré comme à son habitude. Nous avons été pris d’un doute et d’un sentiment étrange… Une angoisse qui vient d’on ne sait où et qui s’amplifie doucement jusqu’à éclater.
Nous avons fait le tour de la maison, regarder dans la rue et l'inéluctable s'est produit lorsque nous avons trouvé le corps de Pocket, inerte, étendu sur le trottoir... morte. C'est le cœur gros et un flot de larmes dans les yeux que j'ai transporté Pocket jusqu'à la maison. De longs moments de pleurs et de caresses n’ont jamais pu la ramener à la vie.
nous venions de perdre l’être le plus précieux de notre vie, si nous avions un seul vœu à réaliser dans notre vie, se serait de te ressusciter ma petite Pocket, et j’espère qu’un jour je te retrouverais.
Elle est partie trop jeune en nous laissant une peine infinie, Pocket, c’était notre amie, on lui racontais tout.
Tu es restée très peu de temps avec nous, on t’aimait et tu nous le rendais bien par tes câlins et tes ronrons, tu étais très joyeuse.
Nous n'avons jamais su ce qui lui était arrivé. Voiture… un autre animal… un coup reçu… je n’en sais rien. Ce que nous savons, c’est que cela fait 8 ans que Pocket s’en est allé. Et qu’elle nous manque…
Tu nous auras donné tant de bonheur, pour le moment je pleure tous les jours pour toi ma petite Pocket, un chagrin qui ne s’effacera jamais, sois heureuse Pocket au paradis des chats.

Comme tu nous manques je ne t’oublierai jamais, chaque jour mes pensées vont vers toi.
Lorsque notre petit compagnon s'en va, rare sont les personnes comprenant le chagrin qui est le nôtre, et dieu sait combien ce chagrin est immense.
Il ne faut jamais dire : ce n’est qu’un chat.